10 faits sur la mer Caspienne que vous devez connaître

10 faits sur la mer Caspienne que vous devez connaître

La mer Caspienne se trouve en Europe orientale, à la frontière entre l’Europe et l’Asie. En tant que plus grande étendue d’eau intérieure de la planète, elle a été vitale pour l’économie des régions environnantes.

Riche en faune et en flore marines, la mer Caspienne s’étend sur près de 0,4 million de kilomètres carrés et a une profondeur moyenne de plus d’un kilomètre. Elle s’étend sur 7 000 kilomètres de côtes couvrant 5 nations différentes sur les deux continents.

De nombreuses îles parsèment la surface de la Caspienne, et la mer se trouve à 28 m en dessous du niveau moyen de la mer. La Caspienne est considérée comme un bassin endoréique, c’est-à-dire qu’elle n’a pas d’écoulement primaire et retient l’eau.

Le principal moyen de perte d’eau est le cycle de l’eau (évaporation et autres phénomènes naturels) et certaines failles et dépressions géologiques de sub-surface. Les fleuves qui fournissent cet apport à la mer Caspienne sont la Volga, l’Oural, la Kura et le Terek.

10 faits intéressants sur la mer Caspienne

Dans cet article, nous examinons 10 faits intéressants sur la mer Caspienne. Elle revêt une immense importance historique et géographique et est considérée comme une source d’énergie majeure pour les nations environnantes.

1. La mer Caspienne a une longue histoire et de nombreux dérivés de son nom

Selon une théorie de longue date, le nom “Caspienne” fait référence au peuple caspien du 6e siècle avant J.-C., qui était un habitant indigène de la région. Ils vivaient au sud-ouest et étaient d’origine iranienne ou perse.

Bien qu’il n’existe pas beaucoup de littérature sur leur culture exacte, ils ont été mentionnés dans des chroniques égyptiennes, perses et grecques. La région qu’ils habitaient était connue sous le nom de Transcaucasie et se trouvait à la jonction entre l’Europe et l’Asie. Elle correspond à la Géorgie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan d’aujourd’hui.

La région de l’Iran a également grandement contribué à l’histoire et au folklore de la région de la mer Caspienne. Les légendaires “Portes d’Alexandre” ou “Portes de la Caspienne” sont des barrières qui auraient été érigées par le conquérant macédonien Alexandre le Grand pour empêcher les barbares d’envahir le territoire situé au sud. Elle est censée se trouver dans l’actuelle Téhéran.

Il est intéressant de noter que la ville iranienne de Qazvin serait le nom régional original de la mer Caspienne. Le plan d’eau a été enregistré sous le nom de “Bahr Qazvin” dans l’antiquité par les Arabes locaux. Cela se traduit par la “mer de Qazvin”, qui a été corrompue en mer Caspienne par la suite.

Dans toutes les régions voisines, le nom local de la mer Caspienne est issu de la racine commune. Par exemple :
– Russe, Kaspiyskoye Plus
– Kirghiz (la langue du Kirghizstan), Kaspiy denizi
– Kazakh, Kaspiy tenizi

2. La mer Caspienne est la plus grande étendue d’eau intérieure du monde

La mer Caspienne s’étend sur 371 000 kilomètres carrés et est considérée comme le plus grand lac intérieur en raison de ses proportions. Il est très grand en raison de l’apport de plusieurs grands fleuves et a une altitude moyenne de 28 m sous le niveau moyen de la mer.

Il est intéressant de noter que, historiquement, la mer Caspienne n’a pas été très grande, ni même un lac intérieur enclavé. Jusqu’à il y a 11 millions d’années, la mer Caspienne était reliée aux masses d’eau voisines telles que la mer Noire et la mer Méditerranée.

Cette masse d’eau était connue sous le nom de mer d’Azov et la reliait à l'”océan mondial”. Le concept de l’océan mondial est que toutes les masses d’eau sur Terre sont reliées entre elles par des lacs, des détroits, des rivières, etc.

Aujourd’hui, la mer Caspienne est relativement isolée et n’est reliée que par les rivières d’entrée. Avec un minimum de régions de sortie, la mer est devenue la plus grande masse d’eau intérieure.

3. Le fond marin est la deuxième dépression naturelle la plus basse de la planète

Les fonds marins de la mer Caspienne sont variés en termes de profondeur et de caractéristiques de subsurface. La profondeur de la mer augmente à mesure que l’on se déplace vers le sud. La région nord de la Caspienne couvre une superficie d’un peu moins de 100 000 kilomètres carrés et a une profondeur moyenne d’environ 10 mètres, avec une profondeur maximale de 20 mètres.

Cependant, le Sud est considérablement plus profond, avec une profondeur moyenne de plus de 1 000 mètres. Une région de 1 023 mètres de profondeur dans le sud fait de la mer Caspienne la deuxième plus basse dépression naturelle. La première est le lac Baïkal en Sibérie méridionale, dont la profondeur est de 1 180 mètres.

Les fonds marins de la Caspienne sont généralement plats au nord. Certaines élévations rapides ont formé la base des îles de la mer. Plus loin vers le milieu de la mer se trouve le banc Mangyshlak de la Caspienne moyenne, qui s’étend sur 137 000 kilomètres carrés.

Ce banc présente des dépressions irrégulières et sa profondeur moyenne est de plus de 200 mètres. Plus au sud se trouve le banc d’Abseron qui marque la Caspienne méridionale. Il s’étend sur 149 000 kilomètres carrés et présente une profonde dépression dont la profondeur moyenne est de 500 mètres et la profondeur maximale de 1 023 kilomètres.

Voir aussi TOP 10 DES PAYS DE L’UE QUI ONT LES PLAGES LES PLUS PROPRES

4. Les fonds marins de la mer Caspienne recèlent des indices sur la tectonique des plaques et les phénomènes géologiques.

La région de la Caspienne du Nord remonte à plus de 500 millions d’années, à l’ère précambrienne. Elle fait partie de la formation de la Plate-forme russe à déformation descendante. Le banc de Mangyshlak fait partie d’un ancien mouvement souterrain qui a créé les montagnes hercyniennes il y a plus de 300 millions d’années.

En raison de la grande taille de ces plaques continentales, une dépression a été créée au milieu il y a près de 250 millions d’années, créant la Caspienne méridionale. Le banc d’Abseron est directement lié au processus alpin d’il y a 25 millions d’années. Ce processus a abouti à la création de la chaîne de montagnes du Caucase.

D’après les études géologiques menées dans la région, les parties méridionales du fond marin continuent de se déplacer en raison de l’activité tectonique. Un fait très intéressant est que la mer Caspienne était reliée à la mer Noire par un élément sous-marin connu sous le nom de dépression de Kuma-Manych. Il s’agissait d’une masse d’eau souterraine qui existait jusqu’à il y a environ 14 millions d’années. Par la suite, un soulèvement tectonique a entraîné la fermeture de cette dépression. Aujourd’hui, la Caspienne est presque entièrement enclavée.

5. Elle abrite plusieurs espèces uniques de faune marine

En tant que lac intérieur, la mer Caspienne abrite de nombreuses espèces de flore et de faune marines indigènes. La plupart de ces espèces sont protégées afin de prévenir les dommages écologiques.

Grâce à des études archéologiques, les chercheurs ont identifié des preuves possibles de la présence de dauphins, de marsouins et de baleines dans la mer il y a environ 50 000 à 100 000 ans.

Des grottes et des œuvres d’art rupestre datant de la même période ont également révélé des reliefs de dauphins et de baleines. Ces ancêtres des espèces actuelles étaient considérablement plus grands.

En raison des courants internes, les espèces de la mer Caspienne atteignent souvent d’autres plans d’eau où elles deviennent rapidement envahissantes. C’est le cas de la moule zébrée, originaire de la région Caspienne-Noire, qui s’est répandue sur les côtes voisines.

D’autre part, de nombreuses espèces ont lentement été amenées à disparaître ou à être mises en danger par la chasse. Le phoque de la Caspienne, originaire de la région, ne compte plus qu’environ 100 000 individus aujourd’hui, alors qu’il y en avait plus d’un million au début des années 1900.

Certaines espèces uniques à la mer ont été préfixées du terme “caspienne” pour indiquer leur origine. Il s’agit notamment de la sterne caspienne, de la mouette caspienne, de la tortue caspienne et du phoque caspien mentionné plus haut.

6. La mer Caspienne possède d’importantes réserves de pétrole et plusieurs plates-formes dans la région

Les pays riverains de la mer Caspienne sont largement tributaires des ressources minérales, notamment du pétrole et du gaz. On estime que cela contribue à 10 % de leur PIB et à environ 40 % de l’ensemble de leurs exportations.

Ces pays ont organisé le Forum économique de la Caspienne en 2019 dans le but de renforcer leurs relations intergouvernementales et d’améliorer les efforts coordonnés dans divers domaines tels que les infrastructures, le pétrole et le gaz, le tourisme, le commerce et les transports.

Plate-forme pétrolière solitaire dans la mer d'Oman
Plate-forme pétrolière solitaire dans la mer d’Oman

 

Parmi ces nations, l’Azerbaïdjan et le Kazakhstan ont attiré des investissements directs étrangers (IDE) dans leur secteur énergétique.

L’Iran dispose d’une importante réserve de pétrole brut et se classe au deuxième rang mondial en termes de réserves. On estime qu’il possède 137,5 milliards de barils de pétrole brut et 988,4 trillions de pieds cubes de gaz naturel. La Russie se classe au 2e rang mondial pour la production de pétrole et de gaz naturel.

La production moyenne de la mer Caspienne est de 1,4 à 1,5 million de barils par jour. Le Kazakhstan produit 55% de cette production et l’Azerbaïdjan 20%. L’exploration des fonds marins et la construction de puits de pétrole remontent à la fin du 19e siècle dans la baie de Bibi-Heybat, en Azerbaïdjan.

Les champs pétrolifères de Bakou ont produit de grandes quantités de pétrole, en particulier sous l’ancien gouvernement de l’URSS. En 1994, un célèbre “contrat du siècle” a conduit à la mise en place de l’oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan, utilisé pour transporter le pétrole azéri vers Ceyhan.

7. Le caviar mondialement connu est cultivé dans la mer Caspienne

Le caviar est une friandise coûteuse appréciée dans le monde entier, et la mer Caspienne est l’un des principaux sites d’élevage d’œufs. Comment le caviar est-il fabriqué et comment cette région le produit-elle ? Il s’agit d’œufs ou d’œufs salés de certaines espèces de poissons, dont le saumon et l’esturgeon.

La plupart du temps, le caviar désigne uniquement les œufs provenant de la mer Caspienne et de la mer Noire, mais le terme englobe différentes espèces de poissons originaires de la région. Les origines du caviar remontent au 10e siècle, lorsque les œufs étaient élevés dans la mer d’Azov en Europe.

Pour donner une idée de sa valeur au détail, un kilo de caviar d’esturgeon albinos se vend 34 500 dollars, tandis que le caviar d’esturgeon béluga sauvage se vend plus de 16 000 dollars le kilo. Les principales espèces d’esturgeons de la mer Caspienne qui sont réputées pour leur caviar sont les variétés perse, russe, béluga, sterlet, étoilé et bâtard. L’esturgeon béluga est un grand poisson d’eau douce originaire de la mer Caspienne.

Malheureusement, l’élevage d’œufs étant très lucratif, cela a entraîné une surpêche. L’élevage du caviar vise principalement les femelles reproductrices de l’espèce esturgeon. De nombreuses interdictions ont été prononcées.

8. La mer Caspienne est bordée par 5 pays et se trouve à la jonction de 2 continents

Le long du vaste littoral de la mer Caspienne, qui s’étend sur 7 000 kilomètres, 5 nations le bordent. Au nord se trouvent les pays de la Russie et du Kazakhstan. Au sud se trouve l’Iran, au sud-est le Turkménistan et au sud-ouest l’Azerbaïdjan.

La frontière la plus longue est celle du Kazakhstan, avec plus de 1 400 km, suivie par le Turkménistan, l’Azerbaïdjan, la Russie et enfin l’Iran, avec 728 km. Les pays de l’Ouzbékistan, de l’Arménie, de la Géorgie et de la Turquie se trouvent à quelques centaines de kilomètres de la mer Caspienne.

La capitale de l’Azerbaïdjan, Bakou, se trouve sur le littoral et tire une grande partie de son économie de la pêche et des industries maritimes. La capitale iranienne, Téhéran, se trouve à environ 100 km au sud de la côte. Le littoral est parsemé de nombreuses villes, dont un grand nombre de forts navals.

D’autres grandes villes situées sur le littoral sont les suivantes :

Makhachkala en Russie, et les villes d’Astrakhan et de Grozny le long des rivières qui se jettent dans la mer Caspienne.
Rasht et Sari en Iran.
Turkmenbashi et Balkanabat au Turkménistan.
Atyrau, Aktau, Zhanaozen et Fort-Shevchenko au Kazakhstan.
Bakou, Khachmaz, Sumqayit et Astara en Azerbaïdjan.
La mer Caspienne se trouve à la jonction de 2 continents – l’Europe et l’Asie, près des chaînes de montagnes de l’Oural qui divisent les deux continents.

9. La mer Caspienne fait l’objet d’un différend territorial entre les pays riverains

En tant que plan d’eau riche en ressources naturelles, la mer Caspienne a constamment fait l’objet de petites escarmouches territoriales entre les cinq nations riveraines. Depuis 2000, des discussions sont en cours concernant la démarcation de la mer. Les principaux points de discorde concernaient les minéraux, les gisements de pétrole et de gaz, les zones de pêche et la connectivité avec d’autres masses d’eau.

Les pays enclavés qui bordent la mer sont le Turkménistan, le Kazakhstan et l’Azerbaïdjan. Pour se connecter à d’autres nations par la mer Noire et la mer Baltique, ils dépendent du libre passage par les rivières de Russie, notamment la Volga. Toutefois, si le libre accès est accordé, la principale route commerciale de la Russie souffrira de la congestion et de l’inaccessibilité des navires aux ports. Il s’agit d’un point de discussion majeur lors des sommets en cours.

La démarcation actuelle a divisé la mer en deux zones : la région iranienne et la région soviétique. La région soviétique comprend le Turkménistan, le Kazakhstan, la Russie et l’Azerbaïdjan. Malgré la division, les ressources non minérales telles que le poisson ont été partagées équitablement par les nations.

Cependant, les ressources minérales, notamment les réserves de pétrole et de gaz, ont dû être délimitées pour éviter les tensions liées à l’exploitation excessive. Les principaux conflits opposent l’Iran, l’Azerbaïdjan et le Turkménistan. Des navires de recherche azerbaïdjanais affirment avoir essuyé des tirs des deux parties lors d’expéditions de routine.

L’Iran a affirmé à plusieurs reprises qu’il s’agissait d’incursions illégales, tandis que le Turkménistan prétend que l’Azerbaïdjan a pompé plus que la part convenue de pétrole d’un gisement sous-marin commun. C’est pourquoi les cinq nations disposent de flottes navales actives dans la région afin de préserver leurs intérêts nationaux.

L’Iran a proposé la solution d’une part égale de 1/5e à chaque nation, mais elle a été largement rejetée car l’Iran a le plus petit littoral mais recevra une part indûment importante des ressources.

10. Juridiquement, la mer Caspienne n’est ni une mer ni un lac

Aujourd’hui, la plupart des masses d’eau ont été classées dans l’un des grands groupes suivants : les océans, les mers, les lacs, les rivières, les ruisseaux et les mares (classés ensuite en surface, souterrains, etc.). Cependant, la mer Caspienne est unique car elle n’a jamais été classée avec succès. Même aussi récemment qu’en 2018, un effort intergouvernemental pour déterminer son statut n’a donné aucun résultat.

Alors pourquoi cette confusion ? Un lac est une étendue d’eau qui ne se jette pas dans un océan et qui est généralement enclavée sur la plupart de ses frontières. La mer Caspienne correspond à cette description, puisqu’elle n’est reliée à aucun océan (le plus proche étant à plusieurs centaines de kilomètres) et qu’elle est principalement enclavée, à l’exception de quelques rivières qui s’y jettent.

En même temps, une mer est une grande étendue d’eau en surface et en profondeur, mais pas aussi grande qu’un océan. La mer Caspienne répond à ces critères puisqu’il s’agit d’une très grande étendue d’eau couvrant 371 000 kilomètres carrés, avec une profondeur moyenne de 211 mètres et une profondeur maximale de plus d’un kilomètre.

Alors, qu’est-ce que cela implique de ne pas être catégorisé comme une mer ou un lac ? Dans la section précédente, nous avons expliqué comment les pays enclavés que sont l’Azerbaïdjan, le Turkménistan et le Kazakhstan dépendent du libre passage par la Volga pour leurs échanges commerciaux avec d’autres pays.

En vertu d’un précédent juridique, une mer ne peut être revendiquée par une seule nation, et la flotte de n’importe quel pays est libre de l’utiliser dans les limites fixées par l’ONU ou l’OMI. En revanche, un lac peut être revendiqué par une seule nation ou un groupe de nations, et le passage n’est pas nécessairement ouvert à tous. Cela a donné lieu à un différend territorial puisque la Caspienne n’a pas été délimitée, ce qui en fait un cas unique.

En outre, la répartition exacte des ressources a fait l’objet d’un examen minutieux, étant donné que certaines nations ont un littoral plus long sur la mer que d’autres. Bien qu’il ne semble pas y avoir de fin en vue à ce dilemme, les discussions ont été largement pacifiques avec un plan pour parvenir à une solution dans les prochaines années.

Clause de non-responsabilité : Les opinions des auteurs exprimées dans cet article ne reflètent pas nécessairement celles de Marine Insight. Les données et les graphiques, s’ils sont utilisés dans cet article, proviennent d’informations disponibles et n’ont pas été authentifiés par une autorité légale. L’auteur et Marine Insight ne prétendent pas qu’ils sont exacts et n’acceptent aucune responsabilité à cet égard. Les points de vue exprimés ne sont que des opinions et ne constituent pas des directives ou des recommandations sur les mesures à prendre par le lecteur.

Partagez

Edward Garcia

Bonjour, merci de passer par mon site , lieu des amoureux des océanes et mers dans le monde, partagez ce site avec vos amis si cela vous plait